Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Publié le 29 Octobre 2014

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Alors que Jon démarre à 8h1/4 pour en terminer aujourd'hui à Vera de Bidasoa  (il y habite), je flemmarde dans le duvet vu le peu de km qu'il me reste à parcourir.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Pas de pluie cette nuit, ni même de rosée, la tente est parfaitement sèche.
Je ne lève le camp que vers 9H et d'entrée, je tombe sur le balisage "contrabandistas" mixte pédestre/VTT cher à Jon.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Beaucoup de coups de culs énergivores dans ce premier tiers où l'on alterne des bosses et des creux prononcés. J'y rencontre deux charmantes Espagnoles sur un tronçon du GR 11; on papote un moment.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Ici, le balisage des circuits locaux se greffe sur celui du GR pour de sympathiques effets de patriotisme.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Plus loin, le séchage de l'herbe se fait en mottes autour d'un pieu. (Il me semble en avoir vu de similaires en Scandinavie)

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Je me rapproche de la frontière et j'arrive sur un endroit très fréquenté: de nombreuses voitures sur un parking et une grande bâtisse au dessus. Qu'est-ce donc ?
Un homme présent m'apprend que c'est une société de chasse.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Je continue ma route, traverse le parking et prend la piste. Au bout de 100 m, je ne vois plus de balisage.
Retour sur mes pas jusqu'au parking. Tandis que le même homme me montre le GR que j'ai raté, je m'aperçois que la voiture près de laquelle nous parlons est française au milieu des espagnoles et qu'elle est de surcroît immatriculée dans le Lot (46), mon département.
Je me renseigne et on me dit que le propriétaire est là, pas très loin. Ma curiosité me titille et je me fais conduire auprès de lui pour savoir qui il est et d'où il est.
Mon guide (toujours le même) me demande de bien suivre ses pas et surtout de marcher exactement là où il passe.
Mais quelle est donc cet étrange endroit de chasse?
Nous passons près d'une palombière simple (occupée par un chasseur en arme).

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Trente mètres plus loin, j'aperçois d'immenses filets verticaux de la taille d'un demi-terrain de tennis tendus entre les arbres.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Je suis mis en contact avec le "46", chasseur français, un peu fermé au premier abord. Il m'informe qu'il est Ariégeois, qu'il a acheté sa voiture d'occasion à un lotois et qu'il n'a pas changé la plaque par souci d'économie des frais de carte grise. Sur ce, il se replonge dans son bouquin façon de me faire comprendre que je l'ai un peu dérangé.
Mais toute cette structure complexe m'interpelle et je me mets à lui poser des questions sur ce que c'est, ce qu'il fait.....etc....
Petit à petit et voyant que je semble intéressé, il abandonne son bouquin pour rentrer spontanément dans les détails.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Il pratique la chasse de palombes à pantières. C'est une technique sans fusil qui consiste à attraper les migrateurs dans des filets (6 sur le lieu) Lui, il s'occupe d'un filet  et me montre tout un système sophistiqué de câbles, de renvois, de poulies et de locquets qu'il doit manoeuvrer pour abaisser le filet au passage des oiseaux. Ce qui explique le cheminement imposé pour accéder à la zone.
Mon étonnement ne fait que grandir et il poursuit donc ses explications.
- Mais pourquoi les palombes iraient-elles se jeter dans le filet? lui dis-je.
- Le vol, on le travaille pour le canaliser vers la zone des filets.
- Vous "travaillez" le vol? mais ça consiste en quoi?
- Tu vois, là-bas, on a des gars au poste (il me montre dans la plaine lointaine, deux postes surélevés de chaque côté) dont le rôle est de siffler à l'approche des palombes.
Il poursuit:
- Un coup de sifflet, nous avons la priorité: c'est à dire que tous les chasseurs équipés de fusil (qui d'ailleurs ne font pas partie de notre groupe) n'ont pas le droit de tirer. Si le vol nous échappe, c-à-d ne prend pas la direction des filets, deux coups de sifflet retentissent et les fusils peuvent alors entrer en action.
- Mais comment faites-vous pour "envoyer" les palombes dans les filets ?
- On a d'autres gars repartis de chaque côté entre les siffleurs et les filets (il me montre d'autres postes élevés émergeant de la pointe des arbres) qui canalisent le vol en lançant tel un frisbee des "paletas", sorte de raquettes de ping pong grossières blanches. Lorsque les oiseaux les voient, ils pensent qu'ils sont attaqués par des rapaces et leur réaction logique est de plonger vers le bas en direction des arbres pour chercher protection mais ça ne marche pas toujours et parfois le vol prend une autre direction ( 2 coups de sifflet dans ce cas) On a encore d'autres gars équipés de torchons accrochés au bout d'un bâton qu'ils font claquer tel un fouet pour affoler des oiseaux.
- Et vous, quel est votre rôle ?
- Au signal des collègues un peu plus haut, je dois abaisser cette manette pour libérer les poids que tu vois là-haut pendus au sommet des arbres. Ceci aura pour effet, par les câbles de renvoi et les poulies que tu vois au sol, de rabattre le filet à terre avec les palombes prises dedans.

 

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Il m'apprend qu'ils sont en tout 14 sur la zone, qu'il y a 6 filets et que cette chasse ancestrale sans fusil est pratiquée dans 9 sites pyrénéens français et celui-ci a la particularité d'être le seul à avoir les filets en Espagne mais les guetteurs et les lanceurs sont dans la plaine et les bois en France.
Le bombardant de questions, il m'informe à mon grand étonnement, qu'il est payé par la société de chasse espagnole pour venir chasser mais un peu gêné,il ne s'étend pas sur le mécanisme complexe de rémunération ( en nature et/ou espèces ? je n'en saurai pas plus)
La méthode est très efficace, dit-il même si parfois, ils rentrent bredouilles. La chasse est ouverte depuis le 1°Octobre jusqu'au 20 Novembre.
Il m'avoue enfin que depuis qu'il pratique cette technique, il ne peut plus voir un fusil: la chasse écolo, quoi !   
Tout le temps de notre discussion, aucun coup de sifflet ni passage d'un quelconque migrateur, hélas ! Il est vrai que c'est encore tôt pour le départ des oiseaux et le réchauffement climatique n'arrange pas les choses.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Après 3/4 d'heure fortement instructifs, on me remet sur le GR 11 et je comprends mieux alors l'histoire des 2 coups de sifflet.
En effet, juste derrière le site, des palombières à la queue leu leu placées en ligne tous les 100 m environ et occupées toutes par des chasseurs au fusil.
Je passe sans déranger ni poser de question.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Puis j'arrive devant l'une d'elles bien différente des autres puisqu'elle est  en hauteur.
J'entame la conversation avec l'occupant espagnol et je comprends rapidement qu'il fait partie du groupe de chasse sans fusil.
Effectivement, il m'invite à le rejoindre en haut et m'explique en détail son rôle bien précis.
De son perchoir, on a la vue sur la plaine Française et sur toute la zone précédant les filets.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Il dispose d'un stock important de palettes qu'il doit lancer et m'explique que les paletas partent comme un frisbee puis en perdant de la vitesse, leur forme particulière les fait retomber comme une feuille morte à la verticale, effrayant ainsi les oiseaux.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Toutes les palettes sont récupérées ensuite dans le bois en dessous qui a été nettoyé à cet effet.
Il est aussi pourvu du "torchon-claqueur" et me fait une démonstration à vide.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Enfin, il me dit qu'il est là depuis 6h du mat et qu'il a été obligé de bosser de nuit pour récupérer des heures afin de se libérer la journée mais il est déçu aujourd'hui car il n'y a pas de palombes !

Il est tout à fait étonnant de constater que parfois le hasard fait bien les choses!! Une simple plaque d'immatriculation à l'origine d'une telle découverte !

Fier de tout ce nouveau savoir, je repars sur la piste et je vois un autre poste du même type mais je ne m'y arrête pas cette fois.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

J'arrive au col de Lizarrieta sur la route qui rejoint Sarre en France

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

et comble du comble, je rencontre un bénévole français de la ligue de protection des oiseaux qui, à la jumelle, tient à jour le comptage des migrateurs par espèces débuté le 18 Septembre

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Il assure la rotation de l'équipe sur 3 jours. On aborde ensemble le sujet de la chasse et il m'avoue être "ami" avec les chasseurs à pantières mais pas avec les "fusils" !
La suite du GR 11 va se faire en arc de cercle autour de la Rhune, que j'ai en point de mire en permanence.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

C'est une longue piste reliant les collines entre elles avec toujours des postes nombreux de chasse au fusil.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Ici la fougère grand-aigle entre en force pour la confection des balles.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Entre temps, je reçois un texto-fleuve de la Bécasse: elle vient de m'écrire une nouvelle chanson sur l'air de J.J Goldman: je marche seul ! Géniale et celle-là , je la connais ! Je l'entonne à tue-tête sur ma route solitaire !

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Le final vers Vera de Bidasoa, que j'aperçois au loin en bas, s'effectue en terrain découvert, sur de rudes ondulations, à travers champs:

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Jusqu'au bout, il faudra se gagner chèrement l'arrivée: les marques rouges et blanches vont chercher la dernière colline Santa Barbara dominant Vera pour un mausolée souvenir près d'un très gros blockauss.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Je peux enfin envisager la descente (raide!) (j'aurais pu rallier la ville bien avant en m'économisant toutes ces montées harassantes).

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Le GR coïncide un moment avec un fléchage de rando BTT passée ( Bici Todo Terreno) exagéré: dans la série discrétion, y'a nettement mieux!!

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

J'entre dans Vera vers 13h15, dévorant des yeux, les actinidias chargés de kiwis et en admiration devant le yarn bombing.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Il est temps pour moi de manger: je m'installe en terrasse pour un plato combinado de calidad suprema suivi d'une cuajada au miel (caillé de brebis fait maison) d'anthologie.

 

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

La recherche de l'hébergement est une nouvelle épreuve qui vient s'ajouter aux efforts de la journée. Je vais passer beaucoup de temps à arpenter les rues dans tous les sens, d'hôtels en casas rurales mais tous les tarifs proposés sont excessifs (chambres doubles chaque fois)

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Finalement, on m'indique un hôtel à l'écart de la ville à 2km à l'opposé du GR 11 sur la route d'Irun dans une zone industrielle bruyante. À 22€, ça fera l'affaire.

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Je peux enfin m'installer et j'en profite pour "sécher" tous les composants de ma trousse de toilette minimaliste mais bien suffisante (comme quoi, on peut se débrouiller avec peu)

Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa
Jour 45: Mardi 7 Octobre: Nabalsa - Vera de Bidasoa

Il est temps de souffler après cette journée rendue difficile par la succession des montées et descentes suivie de la longue recherche d'une chambre.
Le bruit des machines dehors m'éloigne de la terrasse, je me calfeutre pour la nuit après un bon repas dans la chambre, en fredonnnant la chanson du jour avant de m'endormir.


Comme flottant dans les airs
Sans cahier sans stylo
Je marche sur le GR
Tout seul sac sur le dos
La montagne et ses côtes
Ce sont mes nouvelles fautes
Je ne corrige plus
Mais cette tâche est ardue

Et j'm'en fous, j'm'en fous de tout
De ces kilomètres moi j'reste debout
J'avance, j'oublie,
Je m'offre une parenthèse, un défi
Je marche seul
Dans les chemins sans fin
Et la nuit je bivouaque, je marche seul
En oubliant les heures
Je marche seul
Sans témoin, sans personne
Que mes pas qui résonnent
Je marche seul
Marcheur et songeur

Dormir seul sous la pluie
Quand la nuit fait des siennes
Je rencontre des souris
Et un crapaud qui traîne
Oh! quand le sort s'obstine
Les refuges sont fermés
Je dors seul dans la bruine
Les chasseurs m'ont réveillé

Et j'm'en fous, j'm'en fous de tout
Les montagnes sont belles après tout
J'avance, je chante
Et je m'offre une nuit sous la tente
Je marche seul
Dans les chemins sans fin
Et la nuit je bivouaque, je marche seul
En oubliant les heures
Je marche seul
Sans témoin, sans personne
Que mes pas qui résonnent
Je marche seul
Marcheur et songeur

Je marche seul
Des kilomètres de plaisir
Des heures entières de soupirs
Je marche seul
Pour un beau souvenir
Je marche seul.......

Aujourd'hui:12km Total parcouru: 776km Il m'en reste 29 Ho! Ho!

Rédigé par G58

Repost 0
Commenter cet article

G58 10/06/2015 16:56

Vale !! Muy encantado de haber hablado un rato con usted aquella mañana! Me has enseñado muchas cosas y eso me gusto mucho !! Me has permitido entender mejor lo que me habia dicho el Frances en la red ! particularmente lo de las paletas y de la toballa
Aqui, mucha gente no conocia ese tipo de caza !
Muchos senderistas pisaban el GR 11 sin saber lo que habia aqui pero ahora posible que con mi blog, la gente se parara mas en Etchalar !ja!ja!ja!
Saludos amigo desde Francia !

Rabatteur - Jon 10/06/2015 20:51

Hola, el frances lleva pocos años por aqui, esta aprendiendo y solo ha visto la zoan de las redes pero no tanto el trabajo con los bandos de palomas, aunque creo que quiere ver mas jejej Es normal que haciendo la GR11 no vean lo que hay en las palomeras ya que solo funcionan en Octubre y parte de Noviembre, tuviste suerte y pasaste en buenas fechas para este lugar. Un placer. Un saludo.

G58 09/06/2015 20:39

Bonjour et merci Rabatteur ! Mais ce nom est-il en rapport avec cette chasse à pantière ?
Peut être vous êtes vous reconnu sur les photos ? (non! là je rêve!)

Rabatteur - Jon 10/06/2015 15:03

Je suis le rabatteur qui était dans le poste haute, où vous avez fait les photos, ce qui a travaillé la nuit pour chasser pendant la journée. Bien que je ne vois pas sur les photos, je sais que je suis là ce jour. ;-D Salut.


PD: Pardon pour mon français

Rabatteur 09/06/2015 20:23

Le rabatteur vous salue, de belles photos et de détails. Salut!!!

Jérôme du GR11 11/12/2014 21:21

Merci pour toutes ces précisions fort bien rendues sur la chasse à pantières. J'étais loin de me douter en croisant les mêmes palombières qu'elles servaient en fait à une méthode "douce" et sophistiquée de chasse ancestrale, et pas à canarder à tout va ! On ne les voit plus de la même manière, après.

G58 11/12/2014 23:02

Il n'y aurait pas eu la voiture 46, je passais sans apprendre tout ça comme ont dû le faire des dizaines de GRonzistes avant moi! !
Merci pour le commentaire bien sympa!

La Becasse 08/12/2014 07:36

Le bénévole à décompté 98 pigeons indéterminés le 98 ème c'est pas toi quand même?? ;-)

G58 08/12/2014 10:09

Peut être! va savoir!

freddy82 07/12/2014 20:47

un récit très détaillé sur cette chasse.ils ont pris le temps de te faire partager leur passion. magnifique !!!

G58 08/12/2014 10:07

Et ce n'était pas gagné d'avance!

bruno 07/12/2014 20:47

un chasseur chachant chacher chant chon fuchil est un Echpagnol !

G58 08/12/2014 10:07

Cha, ch'est vrai alors!!!